Nouveautés

mercredi 27 avril 2016

De l'autre côté du mur d'Agnès Marot








Pour Sibel qui se consacre entièrement à la danse, le quotidien est un perpétuel ballet. Pourtant, tout bascule le jour où son lien à l’Art est coupé : on l’isole de ses sœurs, on lui refuse l’existence qu’elle aime tant dans cette communauté composée exclusivement de femmes. En tâtonnant pour retrouver tout ce qu'elle a perdu, elle entend des rumeurs, découvre des secrets propres à bouleverser sa conception du monde.
Mais alors, si la vie n’est qu’un immense théâtre, pour qui Sibel danse-t-elle ? Et surtout, que se trame-t-il en coulisse ?
Peut-être cet étranger au sourire narquois qui se définit comme un « homme » et ne lui parle que de Science pourra-t-il lui apporter des réponses. L’aidera-t-il à franchir l’enceinte qui délimite l’univers qu’elle a toujours connu ?






J’ai ce livre depuis un certain temps dans ma PAL. Je l’avais acheté au salon du livre de Paris il me semble. Je l’ai laissé trainer un bon moment avant de me dire qu’il faut vraiment que je le lise. L’occasion de revoir l’auteur aux Imaginales est une très bonne raison.
Comme toujours aux éditions du chat noir, la couverture de ce livre est une réussite. C’est encore une fois ce qui m’a attiré en premier. J’aime les teintes rose/rouge/jaune du ciel et pour le coup, l’image et le titre sont parfaitement en cohérence.
Je n’ai pas relu le résumé avant de me lancer dans cette lecture donc je ne savais plus vraiment à quoi m’attendre.
Je dois avouer qu’au début j’ai trouvé ça un peu « bizarre », j’étais perplexe parce qu’on nous fait suivre Sibel dans son monde sans nous l’expliquer. Donc je dirais que c’est un peu perturbant mais heureusement, ça ne dure pas longtemps.
D’autant que la plume assez poétique d’Agnès Marot nous accroche à l’histoire au fil des pages. J’ai vraiment apprécié le style de l’auteur et je compte bien lire les deux autres livres que j’ai d’elle (dont Note pour un monde meilleur).
« L’action » met du temps à arriver mais ça ne m’a pas vraiment dérangée.
Le monde crée par l’auteur est très intéressant et après un petit moment d’adaptation, on a envie d’en savoir plus. Pourquoi ? Comment ? Heureusement, on a nos réponses au fil de la lecture. Cette histoire d’art est vraiment originale et ça m’a beaucoup plu. J’ai apprécié découvrir celui de Sibel, comment elle s’en sert, ce que ça lui apporte, … Et l’idée de séparer art et sciences est très intéressant.
Je me suis attachée à Sibel. Elle est un peu naïve au départ (mais vu le contexte qui ne le serait pas ?) mais elle change au fur et à mesure de ces découvertes. Notamment au contact d’un garçon dont le nom n’est pas sans rappeler une saga très connue mais visiblement son nom ne vient pas de là, l’auteur l’explique à la fin il me semble.  
J’ai été intéressée par quasiment tous les personnages sauf peut-être une que j’ai eu envie d’étrangler dès le départ car je me suis doutais qu’on allait la retrouver … Je dois dire qu’à la fin, je ne voulais pas que quelque chose arrive à l’un des personnages (je ne vais pas dire quoi pour ne pas spoiler).
Le récit avance doucement. Une fois que Sibel « change » si je puis dire, on a des informations au fur et à mesure sur leur monde, son fonctionnement, la création de ce monde, … C’est vraiment très intéressant. Le message qu’il en ressort est tout aussi intéressant. Même en voulant bien faire pour avoir un monde meilleur, on se rend compte que ça peut vite mal tourner. Ça m’a fait un peu penser à ma lecture du livre Un monde pour Clara de Jean-Luc Marcastel. Le message est un peu le même. On peut avoir toutes les bonnes intentions du monde, ça peut toujours prendre une mauvaise tournure pour certains.
Concernant la fin, je n’aime pas les fins ouvertes et là c’est clairement ça. Je suis un peu frustrée de ce côté-là et j’aimerais bien une suite. Je lirais Note pour un monde meilleur, c’est sur mais ça ne m’apportera pas une fin comme j’aimerais.
En attendant, ce livre est une très belle histoire écrite de manière poétique. Encore une très belle découverte aux éditions du chat noir.

Editeur : Edition du chat noir
Date de parution : 1 septembre 2013
ISBN : 9791090627215
Prix : 19.90 €
316 pages


3 commentaires:

  1. C'est un livre que j'ai envie de découvrir depuis pas mal de temps ! Et la couverture est sublime en plus. Si c'est plein de poésie, alors ça va me plaire. Merci pour cette jolie chronique :)

    RépondreSupprimer
  2. La couverture m'attire beaucoup... Toutefois, le côté "poétique" de l'écriture me fait un peu peur. Mais je reste ouverte malgré tout!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui elle est très jolie cette couverture.
      Bon c'est non plus hyper poétique mais c'est le ressenti global que j'en ai. Regarde d'autres avis, voir si y'en a d'autres qui pensent comme moi ou pas du tout.

      Supprimer

Social Icons

Featured Posts

Social Icons

De l'autre côté du mur d'Agnès Marot








Pour Sibel qui se consacre entièrement à la danse, le quotidien est un perpétuel ballet. Pourtant, tout bascule le jour où son lien à l’Art est coupé : on l’isole de ses sœurs, on lui refuse l’existence qu’elle aime tant dans cette communauté composée exclusivement de femmes. En tâtonnant pour retrouver tout ce qu'elle a perdu, elle entend des rumeurs, découvre des secrets propres à bouleverser sa conception du monde.
Mais alors, si la vie n’est qu’un immense théâtre, pour qui Sibel danse-t-elle ? Et surtout, que se trame-t-il en coulisse ?
Peut-être cet étranger au sourire narquois qui se définit comme un « homme » et ne lui parle que de Science pourra-t-il lui apporter des réponses. L’aidera-t-il à franchir l’enceinte qui délimite l’univers qu’elle a toujours connu ?






J’ai ce livre depuis un certain temps dans ma PAL. Je l’avais acheté au salon du livre de Paris il me semble. Je l’ai laissé trainer un bon moment avant de me dire qu’il faut vraiment que je le lise. L’occasion de revoir l’auteur aux Imaginales est une très bonne raison.
Comme toujours aux éditions du chat noir, la couverture de ce livre est une réussite. C’est encore une fois ce qui m’a attiré en premier. J’aime les teintes rose/rouge/jaune du ciel et pour le coup, l’image et le titre sont parfaitement en cohérence.
Je n’ai pas relu le résumé avant de me lancer dans cette lecture donc je ne savais plus vraiment à quoi m’attendre.
Je dois avouer qu’au début j’ai trouvé ça un peu « bizarre », j’étais perplexe parce qu’on nous fait suivre Sibel dans son monde sans nous l’expliquer. Donc je dirais que c’est un peu perturbant mais heureusement, ça ne dure pas longtemps.
D’autant que la plume assez poétique d’Agnès Marot nous accroche à l’histoire au fil des pages. J’ai vraiment apprécié le style de l’auteur et je compte bien lire les deux autres livres que j’ai d’elle (dont Note pour un monde meilleur).
« L’action » met du temps à arriver mais ça ne m’a pas vraiment dérangée.
Le monde crée par l’auteur est très intéressant et après un petit moment d’adaptation, on a envie d’en savoir plus. Pourquoi ? Comment ? Heureusement, on a nos réponses au fil de la lecture. Cette histoire d’art est vraiment originale et ça m’a beaucoup plu. J’ai apprécié découvrir celui de Sibel, comment elle s’en sert, ce que ça lui apporte, … Et l’idée de séparer art et sciences est très intéressant.
Je me suis attachée à Sibel. Elle est un peu naïve au départ (mais vu le contexte qui ne le serait pas ?) mais elle change au fur et à mesure de ces découvertes. Notamment au contact d’un garçon dont le nom n’est pas sans rappeler une saga très connue mais visiblement son nom ne vient pas de là, l’auteur l’explique à la fin il me semble.  
J’ai été intéressée par quasiment tous les personnages sauf peut-être une que j’ai eu envie d’étrangler dès le départ car je me suis doutais qu’on allait la retrouver … Je dois dire qu’à la fin, je ne voulais pas que quelque chose arrive à l’un des personnages (je ne vais pas dire quoi pour ne pas spoiler).
Le récit avance doucement. Une fois que Sibel « change » si je puis dire, on a des informations au fur et à mesure sur leur monde, son fonctionnement, la création de ce monde, … C’est vraiment très intéressant. Le message qu’il en ressort est tout aussi intéressant. Même en voulant bien faire pour avoir un monde meilleur, on se rend compte que ça peut vite mal tourner. Ça m’a fait un peu penser à ma lecture du livre Un monde pour Clara de Jean-Luc Marcastel. Le message est un peu le même. On peut avoir toutes les bonnes intentions du monde, ça peut toujours prendre une mauvaise tournure pour certains.
Concernant la fin, je n’aime pas les fins ouvertes et là c’est clairement ça. Je suis un peu frustrée de ce côté-là et j’aimerais bien une suite. Je lirais Note pour un monde meilleur, c’est sur mais ça ne m’apportera pas une fin comme j’aimerais.
En attendant, ce livre est une très belle histoire écrite de manière poétique. Encore une très belle découverte aux éditions du chat noir.

Editeur : Edition du chat noir
Date de parution : 1 septembre 2013
ISBN : 9791090627215
Prix : 19.90 €
316 pages


3 commentaires:

Le cercle littéraire de Kitsy a dit…

C'est un livre que j'ai envie de découvrir depuis pas mal de temps ! Et la couverture est sublime en plus. Si c'est plein de poésie, alors ça va me plaire. Merci pour cette jolie chronique :)

Froggy a dit…

La couverture m'attire beaucoup... Toutefois, le côté "poétique" de l'écriture me fait un peu peur. Mais je reste ouverte malgré tout!

Lilou a dit…

Oui elle est très jolie cette couverture.
Bon c'est non plus hyper poétique mais c'est le ressenti global que j'en ai. Regarde d'autres avis, voir si y'en a d'autres qui pensent comme moi ou pas du tout.

Enregistrer un commentaire

About